Les raisons pour lesquelles un candidat refuse un poste

Dans cet article, nous allons revenir sur les raisons pour lesquelles un candidat peut être amené à refuser un poste qu’on lui propose. Cela arrive plus souvent que l’on ne le pense lors d’un processus de recrutement dans le cadre d’une recherche d’emploi.

Le gain n’est pas suffisant

La première chose qu’un candidat va évaluer, c’est : « qu’est-ce que j’y gagne par rapport à ma situation actuelle? ». Trois critères principaux rentrent alors en ligne de compte :

  • l’intérêt du poste
  • le package de rémunération
  • l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle

S’il est déjà en poste, il faudra que le candidat ait au moins un gros plus sur l’un de ces trois critères pour qu’il prenne le risque de changer. Sinon, il restera dans son poste actuel, en particulier s’il en est satisfait.

Le changement est trop important

Le changement, c’est un moteur pour certains, c’est une phobie pour d’autres. Beaucoup de personnes ont peur du changement. Changer de poste, cela représente beaucoup d’inconnues et une grosse prise de risques. Beaucoup de personnes naviguent dans une certaine ambiguïté. Ils ne sont pas forcément satisfaits de leur situation car ils n’ont pas assez de responsabilités ou leur salaire est trop bas à leur goût.

Ils postulent et passent des entretiens mais lorsque l’offre concrète de contrat de travail arrive sur leur bureau, ils sont traversés par le frisson du doute. Ils se posent alors plein de questions : est-ce que je vais être à la hauteur? est-ce que je ne suis pas plus tranquille dans ma situation actuelle? est-ce que cela vaut vraiment le coup? A ce stade, beaucoup abandonneront pas peur ou manque d’ambition. Le rôle du recruteur est donc de les rassurer et de les accompagner dans ce changement.

Le candidat n’est pas intéressé par le poste

C’est l’une des raisons les plus fréquentes de refus d’un poste. Le candidat n’est tout simplement pas intéressé par le poste proposé. Par politesse ou curiosité, certains acceptent quand même de passer les différentes étapes du processus de recrutement mais au final, ils déclinent votre offre, aussi généreuse soit-elle.

C’est pour cela qu’il est très important d’être transparent sur le contenu réel du job dès le début. Il ne faut surtout pas faire passer les vessies pour des lanternes.

Faites preuve de créativité dans la sélection des candidats. Lorsqu’une personne a passé 10 ans sur un poste, même si elle constitue le profil idéal en termes de compétences et d’expérience, elle n’a pas forcément envie de prendre un poste similaire dans une autre entreprise. Au contraire, si vous lui proposer un poste avec des responsabilités étendues et de la nouveauté, cela peut tout à fait l’intéresser et vous aurez moins de difficultés à la convaincre de changer.

route
Le recrutement est une rencontre, le début d’une route commune entre une personne et une entreprise.

Le salaire ne correspond pas aux aspirations

Les gens ont souvent leur propre perception de leur valeur sur le marché du travail. Ils calquent cette perception sur leur salaire cible et l’appliquent sans discernement aux postes sur lesquels ils postulent. Ils ne prennent pas en compte le niveau réel du poste, la situation de l’entreprise ou son secteur d’activité. Un poste est souvent taillé pour un niveau d’expérience et un budget précis. Une personne avec 25 années d’expérience qui vient postuler sur un poste habituellement occupé par des personnes avec peu d’expérience va souvent déchanter car le salaire proposé ne correspondra pas à ce qu’il avait en tête. Il va se retrouver en compétition avec des personnes moins expérimentées et donc moins gourmandes.

Pour d’autres personnes, changer de poste, c’est forcément regarder vers le haut et gagner plus. Pourtant, le changement ne correspond pas toujours à une promotion. Cela peut aussi être une réorientation de carrière ou un changement de responsabilités sans élargissement du champ d’action. Donc changer n’est pas toujours associé à une augmentation de salaire.

Le candidat va souvent regarder le salaire fixe. Le salaire est variable est par essence variable et donc pas garanti. D’expérience, le candidat sait très bien que le fixe est la seule rémunération qu’il est certain de toucher à la fin du mois. Les autres éléments comme la voiture de fonction ou les plans de stock options font plaisir et flattent l’ego du candidat mais ils ne seront pas les seuls éléments qui feront la différence.

Le candidat n’est pas séduit par votre marque employeur

Avant de venir en entretien, le candidat a fait des recherches pour se renseigner sur votre entreprise et en savoir plus sur la marque employeur et la culture d’entreprise. Il a ainsi pu découvrir des informations positives et d’autres beaucoup moins. Il s’est intéressé au climat social, au cadre de travail, à la gestion des ressources humaines, aux évolutions de carrière et la mobilité interne, bref à tout ce qui fait la manière dont une entreprise traite ses salariés. Il n’est pas rare de tomber sur les états d’âme d’anciens salariés qui vont vider leur sac sur les forums ou les sites d’avis sur les entreprises. Ceux-ci peuvent être dévastateurs pour l’image de l’entreprise et complexifier bien des recrutements.

Aussi, le recruteur doit s’attacher à donner une bonne image de l’entreprise en traitant le candidat avec respect tout au long du processus. Il faut également faire preuve de transparence et répondre aux questions posées de manière ouverte et précise.

Le candidat habite trop loin de son futur lieu de travail

De nos jours, plus grand monde n’a envie de passer une demi-heure de plus dans les transports pour se rendre à son travail. Qui voudrait rallonger sa journée de travail d’une heure? La distance entre le domicile et le lieu de travail sera donc souvent un critère rédhibitoire. Il est parfois possible de déménager pour se rapprocher mais avec la précarité des emplois, certains y réfléchissent à deux fois. Pour d’autres, c’est tout simplement impossible parce que les enfants ont leurs habitudes et le conjoint a un travail proche du domicile qu’il est difficile de quitter.

Face à cette situation, l’entreprise doit se montrer flexible et offrir la possibilité de travailler à distance une bonne partie de la semaine. L’employé sera alors bien plus disponible et performant que s’il passe des heures dans les transports en commun.

Le processus de recrutement n’a pas été fluide

Durant le processus de recrutement, le DRH va porter beaucoup d’attention au comportement du candidat. Est-ce qu’il semble motivé? Est-ce qu’il est réactif? C’est exactement la même chose pour le candidat. Il va scruter les faits et gestes du recruteur : est-ce qu’il me rappelle rapidement? est-ce qu’il s’intéresse à ma personne au-delà des mes compétences? est-ce qu’il répond à mes questions de manière franche? Dans la manière dont vous le contactez, la première impression est également très importante. Est-ce que l’approche est suffisamment personnalisée? Avez-vous prêté attention à son parcours professionnel?

Si vous laissez un candidat dans l’expectative pendant des semaines en pensant que cela va permettre de le faire murir et de baisser ses prétentions salariales, vous faites une grave erreur de jugement. En effet, le candidat prendra cela comme un manque de respect. Il pensera que le processus avance plus vite avec d’autres candidats et que s’il est rappelé, c’est parce que d’autres ont refusé le poste. Comme personne n’a envie d’être traité comme la cinquième roue du carrosse, il convient de faire preuve de bienveillance et de réactivité pour ne pas décourager des candidats. N’oubliez pas qu’un candidat qui refuse un poste parce qu’il n’a pas été satisfait par la manière dont il a été traité est un candidat qui va se répandre et diffuser une image négative de votre entreprise.

D'autres articles intéressants sur l'Emploi :

Pin It on Pinterest

Share This