La négociation du salaire d’embauche

Voici quelques conseils pour préparer son entretien d’embauche et savoir comment négocier son salaire. C’est un point essentiel lors des entretiens. En fait, tout le jeu consiste à savoir ce que votre futur employeur est prêt à mettre sur la table pour vous embaucher et ainsi vous permettre de trouver votre nouveau job. C’est un peu une partie de poker menteur. Il faut donc tout faire pour que le DRH abatte ses cartes avant vous.

La première chose à faire avant toute candidature ou entretien est d’évaluer votre potentiel salarial. Tout candidat doit se poser les bonnes questions. Ceci se fait en fonction de votre formation initiale, de votre expérience, du poste cible, du secteur d’activité et de la localisation. Renseignez-vous autour de vous, auprès de vos collègues et des anciens de votre promotion étudiante. Consultez les enquêtes salariales. Bref, construisez vous une idée du juste salaire pour le poste que vous ciblez.

Tout cela vous permettra d’avoir une idée du jeu que le recruteur a dans sa main lorsqu’il sera face à vous. Mais ne soyez pas dupes, le recruteur aura également une très bonne idée de ce à quoi vous pouvez prétendre. C’est souvent un professionnel du recrutement. Par conséquent, n’espérez pas obtenir un saut salarial énorme si vous changez d’entreprise pour un poste équivalent, à moins que vous ne soyez très mal payé dans votre poste actuel.

La formation initiale

Elle est essentielle dans les premières années de votre carrière. Une formation universitaire sera souvent moins rémunératrice qu’une grande école. De plus, il existe tellement de grandes écoles d’ingénieur et de commerce que les recruteurs les classent. Ainsi, les ingénieurs sortis de Polytechnique ou Centrale tiendront le haut du pavé dans leur secteur tout comme ceux de l’ESSEC ou d’HEC dans le commerce et la finance.

L’expérience

Là c’est beaucoup plus variable. Il n’y a pas trop de règle. Certains recruteurs vont attacher de l’importance au fait que vous soyez passé dans des entreprises connues, certains n’y font pas attention. D’autres apprécieront un profil polyvalent ou à l’inverse un profil très spécialisé. Cela dépend vraiment de ce qu’ils recherchent. Par conséquent, à vous d’affiner votre CV et de décrire votre expérience en fonction du poste proposé. S’il est important de démontrer que vous connaissez un certain nombre de choses, il est souvent déterminant d’être en mesure de prouver que vous les maîtrisez et qu’il ne s’agit pas simplement d’une connaissance superficielle. Plus votre profil et votre expérience se rapprocheront du profil cible pour le poste chassé et plus vous serez en position de force pour négocier le salaire.

Le poste cible

Il faut évaluer la différence entre votre poste actuel et le poste cible. Y a t’il plus de responsabilités? Êtes vous plus en relation avec des clients (cela augmente en général le salaire)? Avez vous un rôle plus stratégique dans l’entreprise? Bref, il faut évaluer le delta entre les deux postes pour apprécier un éventuel bond salarial.

Le secteur d’activité

Certains secteurs sont connus pour offrir des avantages et une rémunération supérieurs à d’autres. Par exemple, si vous travaillez chez un constructeur automobile, vous bénéficierez de réductions attractives vous permettant de changer de véhicule tous les six mois sans jamais perdre d’argent. Si vous travaillez dans une banque, vous pourrez bénéficier de prêts immobiliers à des taux imbattables. Les secteurs les plus rémunérateurs sont ceux de la santé (laboratoires pharmaceutiques, chirurgien esthétique, radiologue), de la finance (banques, cabinets d’audit), de l’immobilier (agent immobilier, promoteur, notaire) et du commerce (pharmacien, opticien).

La localisation

Les salaires en région parisienne sont environ plus élevés de 15% à 20% que ceux de la province, coût de la vie oblige mais pas seulement. C’est aussi lié à la très forte concentration d’entreprises en région parisienne. Le sud est de la France est également assez rémunérateur.

Négociation salariale
La négociation salariale est une phase cruciale du processus de recrutement.

Comment mener la discussion salariale?

Maintenant que vous avez une petite idée de la fourchette salariale, il n’y a plus qu’à mener la danse sans pour autant dominer votre interlocuteur. Le meilleur moyen est d’essayer de faire en sorte que le recruteur vous formule une offre sans que vous n’ayez vraiment annoncé vos attentes. Pour cela, le plus simple est d’annoncer votre rémunération, les différentes primes et les avantages associés au poste.

Partant de là, retournez la question en demandant au recruteur de vous faire une offre honnête. Il faut faire attention à la formulation car cela peut laisser penser que vous n’avez pas de désirs ou d’attentes, cela peut évoquer un manque d’ambition. C’est pourquoi il vous faut vous montrer très déterminé par ailleurs dans votre motivation.

Si le recruteur est intéressé, il vous fera une offre lorsque le processus sera terminé. Une autre approche est de donner une fourchette cible. Ainsi, vous laissez la porte ouverte à la négociation. De manière générale, essayez de repousser au maximum la discussion sur le salaire. Indiquez que vous préférez parler de cela plus tard, que ce qui vous intéresse avant tout, c’est le contenu du poste. Le fait de repousser la discussion à la fin du processus vous mettra dans une position bien plus confortable pour négocier car si vous êtes arrivés en fin de processus, c’est que l’entreprise désire vous embaucher, par conséquent, elle sera bien plus disposée à faire un effort qu’en début de processus, au moment où vous êtes un candidat parmi tant d’autres.

Le fait d’échouer lors d’une négociation en fin de processus aura un impact très lourd pour l’entreprise car cela l’obligera à recommencer le processus ce qui peut parfois induire un délai de plusieurs semaines.

Pour les avantages, attendez que le recruteur les propose. Chaque entreprise a sa politique. Renseignez vous sur la politique en vigueur mais en général, elle est assez carrée donc si le poste est habituellement lié à une voiture de fonction ou un téléphone portable, il y a fort à parier que vous y aurez le droit. En revanche, n’allez pas demander une voiture si vous avez un poste sédentaire. De la même manière, n’allez pas demander un téléphone portable si vous n’avez pas besoin de rester joignable en toutes circonstances.

Dernier conseil, ne mentez jamais sur votre salaire actuel. Le recruteur a des moyens de le vérifier et certains demandent même en fin de processus une copie de votre contrat de travail ou de votre fiche de salaire. Un mensonge serait alors éliminatoire donc évitez à tout prix de mentir.

Sachez enfin que le fait d’être sans emploi vous positionne d’emblée dans une situation de faiblesse vis à vis du recruteur qui fait qu’il aura souvent tendance à vous proposer un salaire fixe un peu inférieur à ce à quoi vous auriez pu prétendre si vous étiez en poste. C’est regrettable mais c’est la réalité du marché de l’emploi.

Voilà, bonne chance pour votre entretien en espérant que ces techniques de négociation vous permettront de convaincre et décrocher un type de poste en adéquation avec vos attentes.

D'autres articles intéressants sur l'Emploi :

Pin It on Pinterest

Share This